Ahmedou Ould-Abdallah est Président du Think-Tank C4S et est considéré comme l’un des figures les plus emblématiques des « faiseurs de paix » internationaux issus du continent. Après avoir fait ses études secondaires à Dakar au Sénégal, Ahmedou Ould-Abdallah étudie l’économie à l’Université de Grenoble et à l’Université de Paris, puis les sciences politiques à la Sorbonne. De 1968 à 1985, il occupe plusieurs postes au niveau ministériel au sein du gouvernement mauritanien, y compris celui de ministre des affaires étrangères et de la coopération et ministre du commerce et des transports. Il a également été ambassadeur de la Mauritanie en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, auprès de l’Union européenne et aux États-Unis. Entre 1985 et 1993, Ould-Abdallah travaille comme conseiller auprès du Secrétaire général des Nations unies sur les questions liées à l’énergie, notamment dans le domaine des énergies renouvelables et sur les questions africaines. De 1993 à 1995, il est le Représentant spécial du Secrétaire général Boutros Boutros-Ghali au Burundi. Entre 1996 et 2002, il est Directeur exécutif de la Coalition Mondiale pour l’Afrique, un forum intergouvernemental basé à Washington et dédié aux questions africaines. En 2002, il est nommé par le Secrétaire général Kofi Annan, Représentant Spécial pour l’Afrique de l’Ouest et se retrouve à la tête du Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA). De 2003 à 2007, Ould-Abdallah est à la fois Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et Président de la Commission mixte Cameroun-Nigéria.

De septembre 2007 à juillet 2010, Ould-Abdallah occupe la fonction de Représentant spécial pour le Secrétaire général de l’ONU pour la Somalie. Dans cette fonction, il agit comme médiateur dans les pourparlers de paix entre le gouvernement fédéral transitoire de Somalie, l’UTI (Union des tribunaux islamiques) et l’ARS (Alliance pour la Re-liberation de la Somalie), basée à Asmara, en Érythrée. Il négocie avec succès un accord entre les deux parties. Connu sous le nom d’ « accord de Djibouti », cet accord est le premier du type à être signé sous l’auspice des Nations unies, sans le parrainage d’un pays en particulier.

En juillet 2010, Ould-Abdallah met fin à ce qui est le plus long mandat de tout Représentant spécial des Nations unies en Somalie, en annonçant sa retraite de l’ONU.

Leave a Reply

Your email address will not be published.